Guinée: 11 mois de prison pour l’opposant Oumar Sylla

C’est exactement à un mois des élections présidentielles qu’Oumar Sylla, farouche opposant en Guinée fut détenu par les forces de l’ordre. Cette détention fait suite aux diverses manifestations organisées pour afficher la colère et le refus de la population pour un 3ᵉ mandat demandé par le président Alpha CONDÉ. Qui est donc cet homme qui selon les plus avertis fait naître une révolution qui augure de nouvelles perspectives pour la Guinée ? Et pourquoi a-t-il été détenu ?

Oumar Sylla, l’opposant qui fait peur a Alpha Condé

Foninké Mangué, de son vrai nom Oumar Sylla est l’opposant à Alpha Condé, qui pour des raisons politiques est condamné à cause des manifestations contre le pouvoir en place. Tout comme dans les autres pays Africains, se présenter comme un opposant c’est être prêt pour la prison. Si, Oumar Sylla ne le savait pas, le tribunal de Mafanco à Conakry vient de le lui montrer pour cause : « provocation directe à un attroupement non-armé ».

L’homme dont il est question, est un leader acharné du Front National de Défense de la Constitution (FNDC). Il est le premier opposant au mandat du président Alpha Condé. C’est cette posture qui lui vaut une incarcération depuis le 29 septembre 2020.

Le procès proprement dit : un appel de la diplomatie française sur le cas des opposants en prison en Guinée

Contrairement à ses habitudes, l’opposant farouche et déterminé affichait un air calme, serein et digne. Il n’a rien laissé à sa nature de personnage intriguant. Toujours avec ses lunettes qui présentent un homme d’une nature peu silencieuse, Oumar Sylla étant plus qu'attentif à la barre pour entendre son verdict. Il ne s’écoula pas un long moment avant que la sanction ne tomba : onze mois fermes, pour des faits présenter à nouveau sous forme de ‘’ provocation directe à un attroupement non-armé ‘’.

C’est à croire au-delà des faits que les propos qu’il lâcha tels que : « je continue la lutte contre le troisième mandat de M. Alpha Condé ! », alors qu’il se faisait arrêter, l’incriminent le plus.  Après son incarcération et avoir refusé de manger sur deux semaines, son avocat Me Alseny Aïssata déclara qu’ils « déposeront une lettre d'appel dans les heures qui suivent et allaient se battre pour que cette décision soit purement et simplement infirmée par la cour d'appel ».